Nous recrutons un nouveau collègue pour rejoindre notre bureau de Bruxelles et embarquer dès que possible sur nos missions actuelles sur les thèmes de la transition énergétique, de l’habitat, de l’engagement citoyen, de l’aménagement urbain et de la précarité.

Mot clés
Études qualitatives /// design thinking /// intelligence collective /// participation /// gestion de projets /// consulting.

Méthos

Méthos est une société d’études et d’innovation basée à Paris et à Bruxelles. Depuis dix ans, notre travail est d’observer et d’écouter la société, les cultures, les citoyens, les clients pour accompagner les organisations dans le développement de projets innovants et le design…


…se produit la rencontre entre le designer et l’ethnologue.

Texte présenté aux Ateliers de la Recherche en Design.
Co écrit avec Nicolas Gaudron, Directeur d’ID-SL

Collaboration idsl / méthos pour iDbus (SNCF) : réinventer l’expérience du bus

Elle avait des bagues à chaque doigt,
Des tas de bracelets autour des poignets,
Et puis elle chantait avec une voix
Qui, sitôt, m’enjôla.
Elle avait des yeux, des yeux d’opale,
Qui me fascinaient, qui me fascinaient.
Y avait l’ovale de son visage pâle
De femme fatale qui m’fut fatale.

Parole de la chanson « le Tourbillon de la vie » Jeanne Moreau

Avec le développement de la « pensée » design qui désormais déborde…


Reflections on Luxury

based on our work & studies at Méthos

Contrary to the commonly held belief, the etymology of the word luxury, “LUV” in Greek, refers to what is loosened, separated, dislocated or out of joint — and which, moved thus, finds itself in excess; an instance of disorder and debauchery. Nothing throws luxury back to light (Lux, Greek root LEUK- or in Latin LUC-)…nothing except an imaginary construction into Western culture — especially in Europe where it is associated with the luster of that which shines.

The fundamental of the Tea Ceremony: Ikki ichigoe = Treasure every meeting

ELABORATING DESIRE THROUGH DISTANCE

Today, luxury, generates its attraction from what is “sub-lime” (past the limit)…


Notes from the field

The day we knew would arrive is here: we have reached the age of access, the experience matters more than the object. Soon, prophets say, a golden age of sharing will be upon us ushered in by the promises of big data, connected objects and an emerging new way of thinking.

The network opens every door and, it is true, does not ask for much in return: log in, feed it, send out instant messages and project your “identity”, which will soon dissolve into the meganet. But, carried by their own momentum, the fundamentals of smart…


Réflexion de terrain

Les prédictions du quotidien tantôt heureuses, tantôt dangereuses, se sont transformées en incantations d’un monde à-venir. Et nous ne serions que les spectateurs de notre propre condition, générations X, Y, Z bientôt sans plus d’alphabet.

Que faire du présent alors, s’il n’est que de passage?
“La vrai générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent” dit Camus.
Car le présent est ce moment qui nous relie tous, et qu’avec certitude nous avons en commun; c’est de lui que tout peut (re)naître, que l’on choisit de contempler, d’interroger, d’aimer ou de contester l’ordre du monde.

C’est aussi à son contact sensible que ses transformations sont les plus visibles. C’est pourquoi, nous continueons chez Méthos, à être les fervents observateurs de notre présent et de le partager avec vous

Photo by Charly Broyez. Série Soixante Quinze.


Réflexion de terrain

Qui vouloir être sinon soi-même?

Les réseaux pourtant, nous permettent bien plus encore: être-ailleurs ou être-sublimé, être-vu et être-aimé. C’est si facile désormais, il suffit de quelques images instantanées.

Mais qui es tu? se dit celui qui croit se regarder. L’image figée n’a pas réussi à résumer toute la complexité de l’instant vécu. Comment ne pas être frustré alors même que l’icône se noie dans les likes et ne revivra certainement jamais à la surface, elle qui règne en maître sur le temps et l’attention. En a t on finit avec la disruption? car on le voit…


Réflexion de terrain

Il se dit que le monde désormais est un village, tant les promesses de mobilité rapprochent nos départs de nos arrivées, nous font habiter là, puis là et désolé on s’est raté, je repars ce soir.

Plus grand chose n’arrête celui qui peut s’enorgueillir de savoir accoster ici ou là, comme chez soi. Puisque les lieux suffisent à se montrer dans l’image insta, que les cultures sont à portée de like, le voyage est un flottement en vol direct uniquement.

On sent bien qu’il nous ment pourtant, ce transport qui se prétend rapide: il raccourcit le temps…


Réflexion de terrain

L’attrait pour l’ailleurs est manifeste.

Ce qui était émergent est bien présent et prévient que tout désormais ira plus vite. Il faudrait en être ou être condamné car la croissance joue son dernier relai. Vivre dans l’action passe par un voyage en avion, l’excitation est à destination.

On le sait pourtant, les destinations sont partout et changent pour chacun, ce qui est un spectacle pour les uns est le quotidien des autres, et vice versa. Le désir nait moins de la chose que du regard et de l’attention qu’on lui porte, ailleurs mais aussi ici.

L’ethnographie pour cela apparait comme le meilleur des remparts contre les tentatives de polarisation. Son dessein requiert un décentrement qui invite à re-garder et nous rappelle la relativité de toutes choses, ailleurs comme ici. Des moments de respiration dans la course du monde.


Réflexion de terrain

Lorsque le temps tout à coup se suspend, et que sans rien n’y pouvoir, le mouvement s’arrête. Un feu rouge, une salle d’attente, un fauteuil d’avion, un écart qui glisse sur une pente sans chemin, où l’esprit, par délassement peut être, par nature certainement, éloigne ce qui est urgent. Il n’y a qu’à se laisser aller pour retrouver un décor familier, figé dans la mémoire ou modifié et idéalisé. Le rêve donne de l’espace à ce qui veut vivre encore ; à des images, des visages, des sons, des émotions qui en se jouant du cours des choses, se présentent autrement. Car lorsque de nouveau les pensées sont rattrapées, quelque chose aura changé.

Photo Baptiste Mourrieras

Méthos

Research & Design consultancy based in Paris and Brussels Methos.eu

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store